Christophe KAYSER

REINER, HORSEMAN, CHRISTOPHE TRAVAILLE AUX KING’S VALLEY QUARTER HORSES DEPUIS DE NOMBREUSES ANNÉES ET NOUS LIVRE SON EXPÉRIENCE SUR LA POLYVALENCE DES CHEVAUX DE COMPÉTITION 

Doit-on enfermer son cheval de compétition au sein de la discipline pour laquelle il a été entraîné ? N’y aurait-il pas une alternative à cette routine ? 

Le loisir reprend une grande dimension, et la clientèle évolue, recherchant à la fois des chevaux de performances mais également polyvalents. Le quotidien consiste bien trop souvent au box=>manège=>box. Prenons le reining qui demande bien entendu beaucoup d’entraînement et oblige quelque part le cavalier à confiner son cheval dans une routine de travail en seul rapport avec ses manoeuvres (cercles – spins – slides). Cela vaut également pour bien d’autres disciplines western ou classique. 

Cependant, à ce jour, il existe des épreuves qui requièrent une forte polyvalence, telles que le working cow horse, le ranch riding, les disciplines de V.R.H ou le concours complet en classique, leurs points communs étant le bétail, l’extérieur et le saut d’obstacles. 

Alors pourquoi ne pas intégrer le fait de conduire un troupeau de vaches avec un cheval de performance, ou bien sortir en forêt avec un cheval de reining ? Certains le font déjà et fort heureusement. Quels en sont les bénéfices ? 

Tout d’abord il faut bien comprendre que l’on ne possède pas toujours le cheval de ses “rêves sportifs”, le haut niveau demande un effort financier, ce qui ne fait pas de votre cheval actuel un mauvais cheval. Tout comme un labrador n’étant pas voué à devenir forçément un chien d’aveugle. 

Faut-il s’acharner à aller scorer plus haut que le niveau de son cheval ? Soyons pragmatique, un cheval de 70 qui se maintient entre 68,5 et 70,5 fait bien son boulot, vouloir à tout prix le pousser au delà nuirait à sa volonté. Sachez le garder dans sa zone de confort, une fois dressé, il connaît son métier et il faut juste le maintenir et éviter de le marteler dans ses manoeuvres, il sera “usé” bien plus rapidement. Le changer de son quotidien l’aidera dans ce cas à préserver son mental et son physique. 

En reprenant le cas du labrador, son dressage est stricte et rigoureux, mais il comprend des phases de balades et de jeux indispensables à son bien-être, ainsi qu’a la relation avec son maître en sachant faire la part de choses. 

Une saison sportive demande un cheval concentré, et il faut savoir éviter les blessures, ces moments privilègeront donc l’entraînement. Sachez trouver le bon équilibre entre deux dates de shows par exemple, et lui changer les idées, tout comme en fin de saison. Les anciens reiners travaillaient beaucoup en extérieur sur les cercles par exemple, ou les transitions d’allures. 

Le changement d’exercice permet au cheval de se muscler autrement, d’utiliser toute sa motricité, et de se renforcer, choses qui peuvent s’avérer très utiles à terme. Une simple sortie en forêt par exemple, va vous permettre d’aborder des descentes et montées qui demandent des efforts différents. Les divers obstacles lui apprendront à lever les pieds, à réfléchir où les poser également, ils y gagnent en équilibre “naturel”, il est bien plus simple d’évoluer sur une carrière bien hersée. Un bon trotting sur de grandes allées permettra de bien allonger ses foulées, de prendre du souffle, et de gagner du terrain, pour cercler une vache par exemple. 

Longer un cheval est un bon moyen de le défouler sous votre contrôle, et après un show d’évacuer la pression, d’éviter les courbatures. 
Faire découvrir au cheval de performance ou de reining un petit lot de vaches comme écrit auparavant lui donnera l’occasion de travailler sur du concret, de mettre à profit son dressage. 
De multiples choses sont possibles pour garder son cheval frais et disponible et le motiver à “bosser”. En résumé, changer le quotidien de son cheval ne veut pas dire pour autant qu’il sera perturbé dans son programme de travail, il découvrira par lui-même à gérer ses émotions et s’adaptera plus facilement au stress de la compétition. Au niveau du cavalier vous apprendrez à mieux connaître votre cheval, vous deviendrez de véritables partenaires, en découvrant vos points forts et points faibles.